RDC : Pagaille à l’Est, Modeste Bahati, Daniel Aselo et Dany banza cités

De Goma à Kalemie, l’Est de la République démocratique du Congo a vibré , lundi 25 juillet 2022 , au rythme des manifestations qui ont causé morts d’homme à en croire les différents témoignages enregistrés tant du côté du gouvernement des ONG des droits de l’homme. La ville de Goma s’est réveillée avec des tensions avant que des pillages et incendie contre les installations de la Monusco n’éclatent dans plusieurs coins de la ville.

Ceci est une suite logique à mettre à l’actif de l’appel du Président du Sénat de la RDC, Modeste Bahati LUKWEBO, qui , une semaine avant, a exigé le départ de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation au Congo « Monusco » dans un langage menaçant voilé.

Les mouvements citoyens ont organisé des manifestations qui ont dégénéré par des pillages des installations de cette mission des Nations-Unies. On déplore plusieurs morts et une centaine de blessés, selon des sources concordantes sur place.

Du Kivu où séjourne le Président du Senat de la RDC en vacance parlementaire, au Tanganyika province frontalière, il n’y a qu’un pas qui donne l’impression que la manifestation estudiantine qui a secoué le même 25 juillet, Kalemie, capitale de la province, serait venu de sa voisine. Depuis l’élection des gouverneurs où le funambule Bahati Lukwebo n’a pas fait bonne pêche comme il espérait, certaines provinces de la RDC vivent, comme celle du Tanganyika, une ère des tensions politiques où l’homme tente de reprendre la main. C’est dans cette logique que plusieurs observateurs à Kinshasa comme dans le Tanganyika, ont attribué le chaos de Kalemie, ce 25 juillet, à une coalition de circonstance entre Bahati Lukwebo, Daniel Aselo Vice-premier ministre de la RDC en charge de la sécurité, un proche de Jean Marc Kabund et Danny Banza, Ambassadeur itinérant des Félix Tshisekedi pour pousser la gouverneure Udps, Julie NGUGWA, à la démission.

« Les étudiants ont été instrumentalisés pour le besoin de la chienlit » affirment plusieurs analystes à Kinshasa comme à Kalemie dans une affaire qui n’en était pas une, surtout que la Gouverneure faisait la médiation sur demande des enseignants entre le comité de gestion entrant et le comité sortant qui avait saisi l’autorité provinciale sur des irrégularités observées dans les désignations.

A travers un meeting, un proche de Danny Banza allié de Bahati Lukwebo et de Daniel Aselo avait promis, bien avant, de rendre la province ingouvernable si le bureau déchu de l’Assemblée provinciale ne revenait pas aux affaires. La pagaille du 25 juillet est donc à inscrire dans la liste des évènements malheureux qui se succèdent dans cette province depuis que Bahati Lukwebo a décidé d’en reprendre les rênes. Des sources sûres, Daniel Aselo, Vice-premier ministre en Charge de l’intérieur aurait reçu les orientations de Bahati Lukwebo afin de bloquer le fonctionnement du nouveau bureau de l’Assemblée provinciale de Tanganyika, meilleure façon de paralyser l’action de la Gouverneure nouvellement élue, Madame NGUNGWA.

Entre temps, de l’argent parti de Bukavu était arrivé à Kalemie un jour avant et a été distribué à plusieurs étudiants pour les pousser à manifester en réclamant ” la démission de la Gouverneure” en lieu et place du comité de gestion de l’université à l’origine du mécontentement. Une stratégie mal ficelée par la bande à Bahati et qui a tourné finalement à des tueries dans la ville portuaire.

Pour qui roule finalement Bahati ?

Affaire à suivre.

You may also like...

0 Shares
Tweet
Share
Share